Achat d’un capteur de puissance…

Voilà, c’est fait! Ça fait des années que j’en repousse l’achat, des mois que je surveille le marché à la recherche de la bonne affaire. J’ai été longtemps hésitant car je souhaitai également faire l’acquisition d’une paire de roue carbone haut profil. Il fallait donc faire un arbitrage entre ces deux achats.

Et finalement la bonne occasion c’est présenté la semaine dernière, en dégotant sur ebay une paire de roues carbone artisanales en 38mm équipé d’un moyeux powertap G3 ( de 2014 !!) le tout à 650 euros (!!). Le truc fou, c’est que le vendeur était un monteur/boutique de cycle de ma région. Petit coup de pouce du destin ;) Les roues avaient été montées pour un stage hivernal et n’ont servi quasiment qu’à cette occasion.

A force d’avoir rêvé de cet outil, le moment de test fut presque solennel! Quel pied de pouvoir enfin mettre des chiffres de puissance en parallèle avec la vitesse et la rythme cardiaque.

Pas de trop grosses surprises lors de la première sortie (sur du travail de force): la puissance moyenne est dans les clous par rapport à strava (autour de 180 watts pour 32 de moyenne sur un circuit de 70 bornes et 500m de D+). En endurance ‘haute’, la puissance instantanée tourne autour des 200 watts. Enfin, la puissance normalisée me permet de ‘gagner’ une trentaine de watts sur la moyenne, comme je m’y attendais également.

Mon premier test en bosse n’est pas concluant car je dois faire un demi tour pour aller récupérer ma pompe tombée de la poche (première fois que ça m’arrive, forcément!). Je constate que je suis dans le dur à 300 watts…

Enfin, pas de surprise non plus sur les sprints: je stagne à 700/800 watts, ce qui explique mon trés faible niveau dans cet exercice, ainsi que mon manque de ‘giclette’ en course.

Le lendemain je décide d’aller me tester sur un CP5, avec un peu d’appréhension: étant plutôt diesel je n’aime pas du tout ce genre d’exercice violent (alors que bizarrement j’aimais ça lorsque je me suis remis au vélo il y a bientôt 4 ans).

J’aurais préféré faire un test PMA sur home trainer, pour lequel l’effort graduel (+30 watts toutes les 3 minutes par exemple) me correspond plus, mais la saison ne s’y prête pas trop ;)

Direction donc ma bosse préférée à quelques kilomètres de la maison: 1.6km @ 5.6%. Contrairement à la veille, je n’ai aucun problème pour me caler au delà des 300 watts. Mieux, j’arrive même à me réguler autour de 340/350 watts! Sur le moment j’arrive pas trop à y croire, car je ne suis pas tout à fait à 100%: ainsi je vais pouvoir finir au sprint avec les 30 dernières secondes à 400 watts.

Au retour je me précipite sur Strava pour connaitre le verdict, dont je sais qu’il sera bien meilleur que ce que laissaient le supposer les estimations Strava (moins de 300 watts), ou même les plus optimistes des calculateurs de puissance (autour de 315/320 watts).

Finalement, j’obtiens près de 350 watts sur 4 minutes et 320 sur 5 minutes avec les 30 dernières secondes en roue libre car la bosse était malheureusement trop courte. Cela signifie que j’ai largement les 350 watts CP5 dans les jambes, peut être même un chouïa plus, car ne me connaissant pas et n’ayant aucun repère en termes de watts, j’en ai un peu gardé dans les pattes (comme le montre mon sprint final).

J’ai donc du mal à y croire, moi qui redoutais de n’avoir qu’une PMA de 300 watts ou moins! J’ai donc bien une PMA dans la norme pour un coureur de mon niveau, même en valeur absolue (pass cyclisme et Ufolep 2), mais surtout un rapport poids puissance (plus de 6 watts/kg à mon poids de forme) qui devrais me permettre de bien me classer dans les cyclosportives de montagne.

Le truc fou, c’est le calcul de la Vo2max avec la formule suivante:

VO2 max = 0.01141 x PMA + 0.435

 

Qui me donne en théorie une Vo2max de…77 à mon poids de forme, ce qui est quand même assez bizarre car j’ai toujours été un laborieux en sport…

Si j’arrive à gagner 5 à 10% de puissance en travaillant avec le capteur (chiffres qu’on constate généralement), et qu’en plus je retrouve le poids de mes 20 ans, je me prend à rêver d’une progression de dingue… Mais avant de rêver il faudra confirmer ce chiffre  de 350 watts :D, et me plonger dans toute la théorie et les bouquins sur l’entrainement par la puissance.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *