Chrono de Cousance

Ce samedi 27 septembre avait lieu un test chronométré à Cousance, pas loin de Beaufort dans le Jura où avait lieu la semaine dernière la grimpée d’Augisey.

Au programme du jour: un circuit d’environ 19 km légèrement vallonné. Pas de véritables bosses, mais quelques successions de coups de cul de 200/300 mètres à 3/4/5% de pente.

Les premiers kilomètres se font sur une route large en très bon état. On bifurque ensuite sur de plus petites routes au revêtement assez moyen voire mauvais par moment, le tout corsé par quelques virages / changement de direction rendant cette portion relativement technique. On termine par une ligne droite le long de la voie ferrée avant de reprendre sur la gauche une route plus large amenant vers la ligne d’arrivée.

Au total un peu moins de 19 km pour 125 m de dénivelée positif. A noter que le départ se fait 20 mètres en dessous de l’arrivée (une bosse les sépare), ce qui ne donne que 100 m de dénivelé négatif.

Au lever les jambes sont très dures, j’y suis peu être allé un peu fort lors de mon déblocage la veille (40 bornes à 33 de moyenne / un peu plus de 200 watts NP). Déblocage qui avait également pour but de valider un nouveau réglage de ma position de chrono (inversement du sens de la potence pour rabaisser le cintre de quelques centimètres).

Par contre à l’échauffement sur le circuit je sens que j’ai finalement bien récupéré, étant longtemps à plus de 32 de moyenne sans avoir l’impression d’appuyer sur les pédales.

Lors de ce chrono, je décide de tester un nouveau truc: je part avec un lecteur mp3 et les écouteurs dans les oreilles, le tout avec un bon mix de vocal trance afin de booster la motivation. Le mental étant un de mes points faibles, voilà de quoi grappiller quelques secondes facilement :)

Sur la ligne de départ…. Crédit photo « Voix du Jura »

Je m’élance donc sur ce parcours en commençant par la longue ligne droite, toute plate et en excellent état: une vrai ‘piste’ pour rouleurs! Il est facile de s’y sentir grisé par la vitesse et de se griller pour la suite: aussi je tempère grâce au capteur de puissance. Je boucle ces 3 premiers km à près de 43 km/h, pour 265 watts.

Suite une première série de coups de cul: j’essaye de les passer en puissance (autour de 300 à 350 watts), et de ‘récupérer’ dans les descentes, puisqu’il parait qu’il s’agit de la meilleur façon de gérer un chrono.

Viens ensuite la bifurcation en sortie de rond point (après environ 6 km) vers la partie du circuit présentant un revêtement pourri. Le vent est sans doute aussi de la partie, car je me sens collé à la route. Sur Strava, on constate aussi que c’est en très léger faux plat. Résultat: environ 3 km autour des 37 de moyenne (250 watts)!

Les 3 km suivant sont probablement les plus techniques, avec enchaînement de virages et de coups de cul. J’y maintiens 38.5 de moyenne pour 256 watts. La suite du parcours est en très léger faux plat montant. Il y a 4 km avant de longer la voie de chemin de fer, synonyme de dernière ligne droite. Je vais bien limiter la casse sur cette portion, avec pas loin de 40 de moyenne et 261 watts.

Suit enfin la dernière ligne droite pour rejoindre la ligne: une cinquantaine de seconde à 350 watts (il me restait donc quelques forces), à peu plus de 43 km/h et un finish à 50 km/h sur la ligne.

Au global 39.4 de moyenne, et  258 watts (263 watts NP) pour une bonne 19e place sur 103 partants!

C’est la première fois que j’arrive à un peu pousser les watts sur du plat. Je ne suis plus très loin des mes puissances maxi pour cette durée (environ 275 watts /24 minutes). Le classement est flatteur (ma meilleure place sur un chrono plat), mais la concurrence était sans doute faible.

Comme ce chrono faisait parti du challenge ‘Monts et Lacs’ à même titre que la grimpée d’Augisey et d’une petite dizaine d’autres épreuves, je me suis amuser à compiler les deux classements pour voir ce que je valais: je prend la 4e place sur les 46 concurrents qui ont fait ces deux chronos! J’ai donc peut être un coup à jouer l’année prochaine sur ce challenge. Seul hic, c’est un challenge vélo / course à pied, et pour un cycliste il faut prendre part à au moins une épreuve de course à pied pour être classé, arg!

Désormais il reste encore quelques grimpées / chrono / gentlemen, puis ce sera sans doute place aux cyclo cross, puisque cette année j’ai bien envie de m’y frotter histoire de rester motivé pendant l’intersaison.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *