Le syndrome de la fin de saison

C’est devenu une habitude pour moi malheureusement, dès que le temps se fait moins clément, j’ai beaucoup de mal à me motiver à sortir rouler, surtout en solo, et mes moyennes chutent très rapidement, enclenchant ainsi un cercle vicieux.

D’habitude je ressent ça vers la fin novembre, mais cette année c’est dès la mi octobre que je sens la motivation partir en fumée.

Il y a eu tout d’abord cette tentative de contre la montre dont je parlais dans mon dernier article.

Deux jours après, grosse sortie de 70 bornes pour 1105m de D+ (mon record en 100% solo), et un ratio de 1.59%, là aussi mon record perso. Mais avec seulement 26.3 de moyenne, j’en suis peu satisfait, surtout que je me suis traîné dans mon objectif du jour, une longue bosse de 4.6 à 6.2%: un mini col, et mon plus gros D+ en une bosse (285m).

J’ai le kom strava pour quelques secondes, mais je me suis traîné de façon lamentable dans les portions à 10/15%, alors que c’est dans ces portions que je devrais être avantagé vu mon poids.

Avec le recul je suis moins sévère sur cette sortie, mais le pire sera à venir.

Le 10, c’est un peu là que tout bascule: je tente de choper un groupe de cycliste qui se donne rdv à Dijon, espérant me trouver une alternative à mes anciennes sorties de groupe belges.

Sur place personne, je part donc un peu au pif sous un vent violent, et je me tape 85 bornes /920m de D+ à 24.9 de moyenne. C’est la première fois que je roule aussi lentement depuis des mois. Encore, si j’avais 133/135 bpm de moyenne, mais là j’ai tourné à 139…

Petite semaine de 120 bornes en  2 sorties.

Quelques jours plus tard, premiers signes de dés-entrainement: le rythme cardiaque monte rapidement au moindre faux plat.

A la fin de cette semaine, grosse alerte avec 158 bpm de moyenne sur ma boucle habituelle (35km) pour 29.4 de moyenne! C’est simple, j’ai jamais eu le rc moyen aussi haut depuis que je fait du vélo (hormis ‘contre la montre’ ou reprise de zéro).

Coeur tellement haut que j’en ai profité pour le tester à fond, atteignant 194 bpm, soit mon record depuis ma reprise de vélo. Ça me ‘rassure’, j’ai peu perdu en fcmax finalement depuis mes scores d’il y a 10 ans (197/200).

Je me rassure un peu la semaine suivante, avec une sortie vallonnée de 50 bornes  parcourue à 27.7km/h pour 150 pulses, avec des temps en bosses proche de mes records.

J’arrive même à taper du 24.3 de moyenne sur 600m à 6%!

Ce sera malheureusement ma seule sortie route de la semaine, rajoutant seulement une session de home trainer pour la compléter.

Et cette semaine je suis partit pour faire encore pire, avec seulement 35 bornes.

Je me rend compte que j’ai beaucoup de mal à me forcer à sortir quand il fait mauvais, surtout en solo. Mais il me faut coûte que coûte conserver au moins une sortie route par semaine pour ne pas encore reprendre de zéro au printemps.

Même si je suis encore capable de quelques ‘coup de force’, je sens que mon niveau est redescendu très bas, mon plugin de charge d’entrainement sur Sporttracks me confirme que je suis revenu à un niveau similaire de fin avril/ début mai, soit pas loin de zéro :/

J’ai déjà abandonné le vélo fin 2010,puis  fin 2011, si je recommence cette année je n’arriverai jamais à assimiler mes mois d’entrainement et demeurerai un éternel débutant.

Là je vais commencer la marche à pied en vue d’enquiller un second Paris Mantes fin Janvier. Je vais tenter d’éviter les erreurs d’entrainement de l’an dernier (sorties peu nombreuses mais très longues), mais faire plus de sorties, courtes et rapides afin de faire travailler le coeur un minimum.

L’idéal serait 2 sorties de 8 bornes à 150 bpm avec des intervalles à 170, et une longue de 16km (qui augmenterai chaque semaine pour atteindre 40 bornes) à rythme plus cool (120/130 bpm), pour ‘former’ les pieds et éviter les ampoules monstres le jour J. Là aussi, je dois me forcer à sortir même si le temps est peu clément…

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *