Mes derniers tests de matos Btwin

Chaussures

Depuis le début d’année, j’ai roulé avec des chaussures Ekoi carbone noires. De belles chaussures avec serrage boa (1 serrage), légères, très rigides mais assez peu confortables.

Rapidement est apparue une douleur derrière la cuisse droite, dont je n’ai pas su trouver l’origine. j’ai en effet changé de vélo quasiment à la même période, donc difficile de trouver le coupable.

Au fil des mois j’ai modifié le réglage des cales, changé de type de cales, et j’ai également ‘upgradé’ mes pédales (passant des Keo easy aux Keo 2 blades).

Rien à faire: la douleur est restée, certes peu gênante sur le vélo, mais plus vive une fois descendu et lors de la marche, surtout le lendemain de sorties difficiles.

Et puis cet été je suis tombé en magasin sur de nouvelles chaussures décathlon, les Btwin 700, qui n’étaient alors pas encore référencées sur leur site.

Séduit par leur look, leur poids et leur double serrage par boa, je les ai achetées dans l’espoir également de mettre fin à mes douleurs à la cuisse.

Les premiers tours de roues me donnent l’impression de chaussures plus confortables que les ekoi, tout en étant aussi rigides. De plus la différence de poids se ressent lors du pédalage, une belle impression de légèreté (presque 60 grammes de moins que les ekoi sur la paire).

Seul petit hic, le serrage a tendance à plier la languette ce qui peut être douloureux au fil de la sortie. Il ne faut donc pas serrer trop fort les boa, ce qui est un peu dommage.

Petite récap de toutes les chaussures que j’ai pu essayer au cours des 4 dernières années: (les poids sont donnés pour la paire avec les cales)

  • de vieilles chaussures oranges de marque ‘Diamant’: 665 gr, aucune rigidité, impression de mollesse et de chaussures que se tordent à l’effort. Serrage scratch.
  • Carnac carbones dégotées neuves pas chère lors d’un trocathlon: pas vraiment testées sur routes (usage home trainer). Serrages scratch, 678 gr.
  • Btwin 9: qui on étés pendant longtemps mes chaussures de vélo. Rigides, légères, et très confortables (les plus confortables que j’ai pu essayer). Serrages scratch et boucle micrométrique, 621 gr.
  • Ekoi carbone: plus rigide que les Btwin 9, légères mais apparition d’une douleur à la cuisse, bizarre. Serrages boa et scratch, 583 gr
  • Btwin 700: mes chaussures actuelles, toujours bien rigides, et très légères (elles se font vraiment oublier) : 526 gr!

Cela représente tout de même une centaine de grammes de gagnés par rapports à mes anciennes références qu’étaient les Btwin 9!

Qu’en est-il au niveau douleur? Celle ci a commencé à s’estomper au fil des sorties, ce qui est une bonne nouvelle. Elle est toujours encore un peu présente en pédalant, et j’imagine qu’il va falloir un peu de temps pour que tout cela se ‘répare’. En tout cas je n’ai plus de douleur les lendemains de sorties dures. A confirmer au fil des prochains mois.

Cuissards

Toujours fidèle à la marque Btwin, je me suis acheté la tenue été et le corsaire de la gamme Aerofit 900. Rien à redire, cette gamme de vêtement cycliste est excellente, que ce soit au niveau du confort, de l’ajustement (‘fit’) que du design.

La taille S me colle bien à la peau (un détail qui pour moi est très important, j’ai horreur des tenues qui flottent au vent), pourtant avec mon gabarit (176 cm pour 58 kg) c’est presque un exploit. Il y a seulement au niveau de l’élastique des cuisses que ça ne plaque pas tout à fait, mais vu leur diamètre il me faudrait du sur mesure sur ce point là ^^.

En ce concerne le corsaire, les remarques seront les mêmes. Il s’agit de mon premier corsaire, et alors que j’ai un peu hésité sur son utilité lors de mon achat,  je ne le regrette pas du tout car c’est le vêtement idéal lorsqu’il fait un peu frais.

Au niveau de la peau du cuissard je ne me prononcerais pas, n’étant pas sensible à ce genre de confort (n’importe quel cuissard me va, ou presque, à contrario d’autres individus qui vont trouver telle ou telle peau plus ou moins confortable).

J’ai également des sous maillots manches longues aerofit 700 (ne semble pas exister en 900), très confortables et efficaces par temps frais, que ce soit en été/automne sous un maillot court, ou en hiver en tant que 2e ou 3e couche sous une veste thermique.

Au final rien à redire sur cette gamme Aerofit, qui pour moi est le summum du rapport qualité/prix/design pour l’habillement cycliste (on trouve régulièrement des promos pour l’achat d’une tenue complète). Dommage qu’il n’existe pas de combinaison chrono Btwin!

Je viens de voir que la gamme hiver 900 est sortie: à voir pour cet hiver, mais avec méfiance car je ne suis que moyennement satisfait de la gamme hiver Btwin: je trouve les vestes et collants lourd, épais et pas trés confortable (mais je n’ai testé que la gamme inférieure), mais en étant tout de même efficace face au froid.

Eclairage

Avec l’arrivée de l’automne j’étais à la recherche d’un éclairage puissant, léger et rechargeable. Puissant car je compte rouler de nuit, comme chaque hiver. Léger, car je n’ai pas envie de m’encombrer d’une usine à gaz sur le cintre. Et rechargeable, car les piles c’est so 20e siècle!

J’ai déjà un excellent système d’éclairage chinois acheté à très bas prix il y a 2 ans (et qui fonctionne toujours parfaitement pour faire taire les mauvaises langues!), mais il présente 2 inconvénients: la batterie est externe au phare, d’où un encombrement accru (il faut attacher la batterie sur le top tube). Ensuite, le phare est fixé sur le cintre via un élastique qui ne le maintient pas très bien en place: il a tendance à bouger avec les secousses et à ne pas rester dans la position à laquelle on le place.

Hormis ces défaut, sa capacité d’éclairage est phénoménale (au point d’éblouir les voitures!), et il n’y a aucun soucis pour rouler de nuit en pleine campagne.

A la recherche donc d’une solution plus ‘light’, je suis tombé sur le phare 700 Bwtin:

Il s’agit du phare le plus puissant de la gamme, léger/peu encombrant, rechargeable par USB, au tarif de seulement 26 euros, tout ce qu’il me fallait!

Qu’en est-il de ses qualités d’éclairage?

Si l’on compare par rapport au feux lambdas à piles souvent livrés avec un vélo neuf ou acheté à très bas prix, la différence est énorme! C’est un phare qui éclaire, ça parait con mais la plupart des feux de vélo ne sont fait que pour être vu.

Par contre autant le dire tout de suite, il ne maintient pas la comparaison par rapport à mon feu chinois à batterie: il est vraiment limite pour rouler par nuit noire en plein campagne. Ça dépanne pour rentrer au plus vite lorsque la nuit tombe, mais je ne partirais pas de nuit avec seulement cet éclairage.

Il a par contre un avantage par rapport à mon projecteur chinois: sa surface d’éclairage. Alors que le feu asiatique va éclairer en forme de cercle concentré devant le vélo, et peu les côtés (peu rassurant de nuit), le feu Btwin présente le même genre de cercle quelques mètres devant le vélo, mais également une surface rectangulaire sur les bas côtés immédiats.

Un peu comme s’il y avait deux phares, c’est vraiment bien pensé, dommage qu’il lui manque un peu  de puissance (mais dans un format si réduit et pour ce prix on ne pouvait pas attendre qu’il éclaire autant qu’un feu avec batterie externe) !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *