Mon installation en Bourgogne

Ça va faire un mois que j’ai quitté Bruxelles pour la côte d’or, pas mal de choses ont changé dans ma pratique du vélo, ça serait long d’en faire un résumé exhaustif!

La première chose qui change, c’est le dénivelé de mes parcours! J’ai ainsi pu faire mon premier 1000 m de dénivelé en solo, pour seulement 70 km, soit un ratio de 1.55 record pour moi. Le tout à 27.4 de moyenne, ce qui est pas mal du tout, à nuancer avec le rythme cardiaque moyenne élevé, à 156 bpm.

Je fais rarement moins de 1% de déclivité moyenne globale sur mes sorties, même sans chercher à faire de la bosse. A Bruxelles une sortie type c’était moins de 150 m de D+ sur 50 km!

La région est parsemée de petites bosses de 1 à 5 km, avec toutes sortes de dénivelés et pentes. A Bruxelles, je n’avais guère que le Bruine Put en bosse difficile. Ici, je me régale sur strava, et cela va me permettre de développer mes capacités (naturelles, vu mon poids) de grimpeur. Il va me manquer seulement des bosses plus longues , mais ça doit se trouver en allant chercher à l’ouest (massif du morvan) ou à l’est (région de Beaune). Pour les vrais cols, il faudra aller encore plus loin.

Comme je m’y attendais (car je roule régulièrement dans la région depuis 2 ans), mes moyennes non seulement n’ont pas chuté, mais elles ont même augmentées un poil. L’explication tient à l’absence de ville/carrefours à traverser  ce qui faisait bien baisser mes moyennes à Bruxelles. Je peux dorénavant faire une sortie sans croiser le moindre feu, carrefour ni voiture!

Le temps est moins pluvieux, le ciel très souvent bleu (cela arrivait une fois par mois à tout péter à Bruxelles) mais le vent y est autant voir plus présent. La grosse différence, c’est les vallons, les parcours tortueux ou encore les bois, qui permettent de ne quasiment pas le sentir! J’ai fait quelques sorties avec des drapeaux tendus, ce qui m’aurait obligé à rouler à moins de 25 le long du canal de Bruxelles par exemple, mais sans poser la moindre gêne (ou presque) ici. Vraiment agréable!

Autre nouveauté: je  fais quasiment un parcours différent à chaque sortie! Plus de ville qui oblige à passer par des chemins détournés, je peux rouler au hasard des routes et ne jamais être emmerdé. Cela change de mon canal que je me tapait 2 à 3 fois par semaine! De plus les paysages sont superbes, par moment on se croirait presque en haute montagne.

Enfin, je suis au coeur des cyclos du Trophée de Bourgogne, et je serai même sur place pour le départ de la Claudio Chiappucci, à 100 m de chez moi!

Autre chose, n’étant plus en appartement, je dispose de combles que j’ai aménagé en salle ‘home trainer’. Ça va être un régal cet hiver ou les jours pluvieux!

 

Ma salle Home Trainer!

Voila pour les avantages de la région. Il y a forcément quelques ‘hics’. Comparé à Bruxelles, la région est forcément un peu déserte, ce qui se voit sur Strava. Je dois souvent créer les segments, il y a peu de monde sur les segments déjà existants, si ce n’est ceux empruntés par la Chiappucci (ce qui est déjà pas mal finalement).

Il n’y pas non plus de groupe style ‘course sauvage’, à moins d’aller à Dijon , où un peloton se réunirait tous les jours (cela reste à tester). Idem au niveau boutique cycle, je sens que le Van Eyck va me manquer!

Enfin, les bosses c’est bien mais ici c’est l’exact opposé de mon ancienne région: impossible de faire un parcours plat, ce qui risque de poser problème pour les sorties récup ou au seuil des graisses. Il va me falloir apprendre à passer les bosses et les faux plats ‘en dedans’, chose pas si facile que ça pour moi.

Voila pour ce rapide état des lieux de ma nouvelle région :)

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *