Powertap vs Tacx Flow: le retour

Intro

Il y a un an et demi, lors de cet hiver qui fut particulièrement rude pour les cyclistes, je m’étais mangé énormément de sessions de home trainer sur mon Tacx Flow (home trainer équipé d’un ‘capteur’ de puissance).

En suivant un plan d’entrainement type basé sur la puissance, j’avais pris paradoxalement pas mal de plaisir à faire les exos, l’approche quasi scientifique m’ayant permis de me connaitre de mieux en mieux au fil de l’hiver.

Au point que j’ai presque regretté ensuite le retour sur les routes, sans mes repères habituels! Une question me taraudait toutefois alors: qu’en était-il des valeurs de puissances affichées par le Tacx? Un questionnement que l’on peut retrouver ici.

Si l’on fouille un peu les forums/blogs sur ce sujet, on trouve de tout: de celui qui trouve la puissance du Flow aussi précise que son capteur de puissance, à celui qui va trouver un différentiel de 30%!

C’est pour ça qu’une semaine après avoir acquis mon powertap, je profite de cette période pluvieuse pour aller faire ce test comparatif qui me démangeait!

Direction la salle de torture, avec le vélo habituel équipé de la roue powertap, le tout installé sur le tacx flow pour une session de test.

Au départ je voulais sortir quelque chose d’assez scientifique, avec des points de mesures tous les 10 ou 20 watts de 50 à 400 watts pour sortir des graphes, le tout en variant cadence et pente du flow, mais plusieurs soucis vont se poser:

  •  contrairement à ce que je pensais, même sur home trainer il est très difficile de garder une valeur de puissance stable, surtout à faible cadence. Le passage au point mort produit des variations de puissance de +/-10 à 20 watts. Le flow lisse les valeurs de sorte que son affichage est plus stable que le powertap.
  • certaines valeurs sont impossibles à atteindre (faible puissance à haute cadence ou hautes puissances à basse cadence)
  • il est assez épuisant de générer des centaines de mesures!

Protocole et résultat

Après avoir calibré le Flow (valeur de calibration @11), j’ai débuté par 3 séries de tests: une en sous-cadence (50 à 55 tpm), une autre à cadence normale (85 à 90 tpm) et une dernière en surcadence (>100 tpm). La vélocité est en effet un des paramètres qui est censé mettre en défaut le Flow (il est recommandé de faire les sessions à 50/60 tpm, tandis que des vélocités > 100 tpm faussent en principe les mesures).

Hé bien j’ai été le premier étonné des résultats que voici:

(Les points 300/350 watts n’étaient pas atteignables à 50 tpm)

 

Si l’on omet les valeurs à faible cadence ( dont l’imprécision des mesures à cause du point mort rend les mesures très approximatives), on constate que le Flow donne la bonne puissance à +/- 5% près!

Mais plus que des chiffres dans un tableau, j’ai vraiment pu constater en temps réel que la puissance affichée par le flow (qui a toutefois tendance à être plus stable, plus lissée que celle du powertap) suivait de très prés celle du powertap, limite comme si j’avais deux compteurs reliés au PT.

Faute de puissance nécessaire, je n’ai pas pu tester les paliers > 350 watts, mais ce serait un point intéressant à voir, car la marge d’erreur semble croître dès 350 watts.

Alors, coup de bol ou pas? Dire que l’hiver dernier je m’étais amputé de 70 watts à la PMA à cause de la formule ‘0.85 x Puissance Flow – 15’ trouvé sur un forum US, arg!

 

Il reste à tester la fiablité du Flow lors de l’utilisation de la pente. Il s’agit d’un paramètre qui permet de modifier la force de freinage, par exemple pour générer de fortes puissances sur des petits braquets. Elle est réglable de -4 à +9. J’ai testé ces deux valeurs extrêmes, ainsi que la valeur intermédiaire à +5 (tous les tests précédents ont été fait à 0).

Cette fois ci le Tacx Flow va être mis en défaut, et assez largement comme le montre ce tableau:

 

Ouch, cette fois il est complètement à l’ouest: plus la pente est élevée, plus les valeurs de puissance sont faussées. Conclusion: ne pas toucher à ce paramètre si l’on veut pouvoir se fier à la puissance affichée.

Je l’avais constaté l’hiver dernier: en suivant un conseil trouvé sur le web, j’avais testé une séance en augmentant la pente (c’était censé donner une puissance plus proche de la réalité), et je n’arrivais plus à tenir mes seuils comme à l’accoutumée.

 

Conclusion

Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de résultat: je pensais que la puissance affichée par le flow serait délirante à haute cadence/puissance. Mes 2 ou 3 tests de PMA de l’hiver dernier étaient donc corrects! ( ce que m’a confirmé mon premier test CP5 avec le powertap la semaine dernière). Il faudrait toutefois tester à très haute vélocité (>110 comme lors de tests PMA), et pour les fortes puissances (>400 w).

Par exemple lors de ce test la Pmax du flow indiquait 348 watts, celle du powertap 448. Artefact d’échantillonnage? Par contre il est intéressant de constater que la puissance moyenne lors du test est identique sur les deux systèmes (154 watts).

Pour conclure on peut dire (hors coup de bol, et sous réserve d’autres tests, mais sans doute pas avant cet hiver) que:

  • le tacx flow indique des valeurs de puissance très précises quelque soit la cadence
  • il faut laisser la pente à zéro si l’on veut des valeurs fiables

Prochain test Powertap vs Strava, et là aussi grosses surprises en vue :)

Pour information, les graphes de ce test sur strava, ainsi que le lien:

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *