Reprise hivernale et perte de puissance

Ce matin je reprenais la route après une coupure de 12 jours. Cela peut sembler court comme pause, mais j’avais déjà réduit largement l’entrainement plusieurs semaines avant de couper (en conservant toutefois des intensités pour les chronos de fin de saison).

Le temps étant resté clément, cette coupure avait essentiellement pour but de retrouver un peu de motivation pour l’entrainement, ce qu’il me manque souvent tout au long de la saison, et encore plus évidemment en cette période de trêve. La météo est donc toujours potable dans le cadre de la pratique du vélo, même si l’on a déjà connu des débuts de gelées nocturnes. Ce qu’il manque par contre c’est le soleil: l’hiver bourguignon étant particulièrement marqué par son absence de luminosité, et son brouillard et son humidité persistants.

 

Image d’illustration du temps typique bourguignon

Cet hiver, les effets de la coupure (et la progression qui va en résulter)  vont pouvoir être monitorés grâce au capteur de puissance: fini les ‘impressions de se traîner’, place à la réalité des chiffres!

Ce matin donc près de 45 km au programme (et 330 m D+), sans aucune consigne autre que ne pas trop monter en pulses (mais sans bridage) et de bien tourner les jambes. Étonnement, après environ 5 minutes pour se réhabituer à la gestuelle et à la position cycliste, les sensations sont bonnes, voir très bonnes. En fait j’avais le vent de dos à l’aller, et le retour sera bien plus laborieux :D

Au final 26.8 de moyenne pour 142 bpm de moyenne, soit une belle chute de perf (au moins 4 km/h).

Mais ce qui est intéressant est donc l’analyse de la puissance. J’ai fourni 141 watts moyen (150 watts NP), soit un facteur d’efficacité (EF) de 150/142=1.05.

Sur la dernière sortie avant coupure (circuit semblable), j’avais 30 de moyenne pour 146 pulses et 181 watts NP, soit un EF de 1.24.  Cela représente une perte de puissance de l’ordre de 15%!

 

J’ai vérifié l’ensemble des dernières sorties avant coupure, cela confirme un EF autour de 1.2/1.3, et donc cette perte de puissance conséquente. Et encore, je n’ai pas fait les calculs par rapport au meilleur de mon niveau!

Je vais essayer de suivre un peu l’évolution de ce chiffre tout au long de la saison, chose que je n’ai pas trop fait depuis que j’ai le Powertap. En fait, depuis que j’ai laissé tomber Sporttracks pour strava, j’ai tendance à me contenter de l’analyse succincte de ce dernier, alors que j’ai longtemps aimé analyser les chiffres de mes sorties. Malheureusement Sporttracks était devenu un peu trop lourd comme logiciel: avec plusieurs années de données accumulées il ramait trop pour être utilisable (démarrage très long, plugin qui plantent, plugins payants qui ne se mettaient plus à jours, bloquant leurs fonctionnalités…).

Il permettait de plus de faire un suivi de son matériel, chose sympa pour estimer la longévité des pneus par exemple. L’idéal serait de trouver un Sporttracks en ligne (il en existe une version, mais toute pourrie).

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *