Un chouette hiver pour l’instant…

Je commençais à m’alarmer de mon niveau de forme hivernal dans mon précédent article. Finalement, j’ai largement limité la casse jusqu’à présent, peut être à cause des températures clémentes?

Alors qu’à la mi-novembre, comme chaque hiver, ma forme s’effondrait avec des pulses en forte hausse et des sensations vraiment pas terribles, la tendance s’est depuis complètement inversée!

Le temps idéal depuis plusieurs semaines (il a quand même fait frais ici en Côte d’Or comparé au reste de la France, mais rien à voir avec l’an dernier!), avec des températures positives a du bien jouer, ainsi que la pseudo coupure que j’ai pu placer (2 semaines en cyclo cross sur route sans pression de performances, puis une dizaine de jours de foncier basique en restant sous les 70% de FCMax).

Donc non seulement mes perfs ne ce sont pas complètement effondrées (bon j’ai quand même perdu environ 30% de ma courbe TRIMPS, mais je reste quasiment au double de l’an dernier en valeur absolue), mais en plus les sensations sont très bonnes et les sorties agréables. Quoi de mieux que des sorties de foncier hivernales sous le soleil :) ?

A partir de la mi décembre, j’ai commencé à placer quelques intensités (car la courbe de TRIMPS commençait à trop s’abaisser), en débutant par de l’endurance haute (155/160 pulses soit juste en dessous des 80%) en bosse et en puissance.

Lorsque le vent était un peu trop fort, j’en profitais pour aller faire des boucles en bosse, et j’ai pris mon pied! Ainsi le 31 décembre je battais même mon record de ratio de dénivelé en effectuant un peu plus de 1000m de D+ en seulement 48 km pour une moyenne pas trop pourrie pour la saison sur ce type de terrain (un peu moins de 24 km/h).

J’ai aussi commencé à placer quelques pics d’intensités (autour des 180 bpm sur quelques minutes), même si parfois j’ai l’impression que c’est un peu too much pour la saison. Mais les sorties clubs du week end commençant enfin à être rythmée, alors j’en profite.

Je ne sais pas trop comment je vais planifier mon entrainement cette saison. Je suis partagé entre plusieurs méthodes d’entraînements (il y en a tellement de différentes, presque en contradiction entre chacune d’elles!), mais je demande si la solution du fartlek ne me conviendrait pas le mieux. Cela permettra d’aller rouler aux sensations et ne pas revivre l’enfer de mes mauvaises sensations de l’an dernier, sans doute à cause des contraintes d’un entrainement  trop structuré.

Le seul soucis dans ce cas reste la planification des pics de formes. La lecture de ‘Training Bible » de Joe Friel devrait bien m’y aider. Pour l’instant, je mise en premier lieu sur l’augmentation du volume. Ainsi je me fixe 10 heures de selle par semaine, avec une sortie longue le week end: 3 heures au début, 4 heures en ce moment, et sans doute 5 heures fin janvier. Pour cela je rajoute un boucle après les sorties club. Cela me permettra d’encaisser les longs parcours des cyclosportives, qui seront une nouveauté pour moi cette saison.

Dès que j’encaisserai facilement les 4/5 heures de vélo, j’irais me faire régulièrement des chantiers de D+ dans le Morvan (chose qui m’a pas mal manqué l’an dernier).

Au niveau planification des objectifs de la saison, j’y reviendrais plus longuement dans un prochain article, mais rien de bien spécial en vue, cela devrait ressembler à l’an dernier, avec un mix de cyclo du trophée de Bourgogne (avec quelques grands parcours, donc), et de courses en circuit Ufolep et FFC (où j’irais sans doute me frotter en 3/J voire, soyons fou, en 2/3/J).

Enfin, tout comme l’an dernier, je prévois d’aller me faire un stage au soleil en février. Ce sera sans doute 10 à 15 jours, et sur la côte d’Azur (soleil, montagne, et peu de vent…)

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *