Grimpée d’Augisey 2015: Retour des watts?

Ce samedi 19 septembre se tenait la grimpée d’Augisey à Beaufort, dans le jura. C’est une manche du trophée Monts et Lacs que je comptais ‘jouer’ cette saison, malheureusement je n’ai pas pu faire la grimpée de juin, et à part Cousance les autres épreuves sont des gentlemens (disputé par équipe de 2 donc) que je ne pourrais donc pas disputer faute de ‘coéquipier’.

Vu ma forme du moment, je doute au départ de pouvoir faire mieux que l’an dernier: 11e sur 98 avec de très bonnes puissances ( 4 premières minutes à 300W, et le restant des bosses à 260/270W moyen). Concernant le profil, le terme ‘grimpée’ est légèrement galvaudé car il n’y en gros que la première partie qui est montante: environ 5 km à 5%, suivie d’une petite descente et de 1.5 km à 4%. Puis on enchaîne sur un long faux plat descendant de 3 km (-2%). On termine par un petit coup de cul de 600 mètres à 4.5%.

Sur place, la forme (comme la météo…) est donc comme d’habitude incertaine, je suis un peu contrarié par l’interdiction de s’échauffer sur le parcours. Tant pis pour la reco!

Top départ, après 3 tours de pédales le déluge me tombe dessus: je vais avoir de la flotte sur l’ensemble de la première partie du chrono. Ca ne me pose pas de soucis car j’aime assez la pluie en compétition. Je me cale d’entrée à 280/290 Watts et je ne ressent pas de gêne, donc je décide de tout donner sur la première partie du chrono. Si j’explose au sommet ce ne sera pas trop grave vu le profil descendant de la fin de parcours!

J’avais décidé au départ de tout monter sur la plaque, pour éviter les sauts de chaîne lors du changement de plateau. J’ai bien fait car je vais découvrir une nouvelle façon de pédaler tout en force, moi qui ai l’habitude de tourner les pattes à plus de 90tr/min lors des chronos!

Et si la raison de ma stagnation cette saison venait tout simplement de l’habitude de trop mouliner?? Car au sommet je me retrouve avec 12 minutes à 286 watts, une de mes meilleures puissances sur cette durée (mon record est de 290 Watts sur 12 minutes) ! En ai-je trop fait? Non car je suis capable de rattaquer avec 4 minutes à 283 Watts, et de finir avec 2 minutes à 300 watts!

Au final, 23 minutes à 269 watts (276 NP). Ce n’est pas mon record absolu (275 watts sur cette durée), mais vu que cette puissance moyenne inclue des descentes, j’aurais très probablement battu mon record sur 23 minutes de montée non stop. Dans tous les cas c’est très largement mon record de puissance pour 2015 pour cette durée!

En gros j’ai battu l’ensemble de mes puissances records 2015 sur 10 à 23 minutes (hors 12 à 14 minutes lors de la course Ufolep de Curtil), et c’est environ 10 à 15 watts de plus que mes meilleurs chronos de la saison.

Au final je termine 6e sur 104, mon meilleur classement sur un chrono.

 

augisey2015
Profil de la Grimpée d’Augisey

 

 

Comment est-ce possible de gagner d’un coup 10 watts d’une semaine à l’autre (quasiment 20 en NP, soit de 5 à 10%) ?

Le capteur était correctement calibré: j’y vois à mon classement, et à mes vitesses en bosse (22 km/h sur du 5%, contre 20 à 21 habituellement, près de 25 sur du 4.5%)

J’ai quelques pistes à ce sujet.

Peut-être que ma supplémentation en fer (commencé il y a 4 mois)/vitamine d (commencé il y a 2/3 semaines) commence à faire effet. Aussi brusquement, ce serait bizarre, d’autant que mes sensations de tous les jours sont toujours aussi mauvaises.

Le braquet? C’est le seul chrono que j’ai fait tout en puissance (c’est relatif: 75/80 tr/min contre 85 à 90 habituellement, voire 95/100 sur le plat). Il serait intéressant d’analyser les graphes vélocité vs puissance. Si je regarde le chrono en bosse de la semaine précédente (Chaussan), je constate une très bonne puissance sur 4 minutes avec une vélocité de 79 tr/min, puis lors des 4 minutes suivante 15 watts de moins (!) avec une vélocité de 88tr/min. Une piste à creuser donc!

Un blocage psychologique? Je constate que l’ensemble de mes records de puissance ‘longs’ (5 à 25 minutes) ont été réalisés il y a un an lors des premières semaines de tests avec ma powertap, alors que je n’avais aucun repère en terme de puissance tenable. Est-il possible qu’une fois ces records établis je me sois mit un frein de peur d’exploser lors des chronos/tests?

Lors de cette grimpée d’Augisey, je me suis dit ‘fuck, je donne tout et tant pis si j’explose au sommet’, car le reste est en descente. Au final je n’ai pas explosé, loin de là.

Il y a sans doute un peu de tout cela. Je vais me mettre à bosser le travail de force, et retenter des chronos à faible cadence pour voir. Reste à espérer que ce ne soit pas un ‘oneshot’: quand on a flirté avec ses limites, c’est dur ensuite de retomber sur terre! En tout ça si j’arrive à reproduire de telles puissances sur le plat, il y a de quoi taquiner les 41 de moyenne voire un poil au delà, de quoi bien figurer lors des chronos de fin de saison!

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *