Enfin du mieux sur mes dernières courses…

Si j’étais resté sur une impression plutôt décevante après ma course de Châtillon, il y enfin des améliorations sur les dernières compétitions!

Le temps, toujours pourri, me fait hésiter pour la course de Nuits Saints Georges. J’y vais presque à reculons, en craignant une annulation de dernière minute, car les conditions météos sont carrément dantesques: froid (4°, oui on est bien fin avril!), vent, et pluie!

La course à bien lieu, mais en très petit comité: nous ne serons que 10 au départ en 3e caté! D’un côté, cela me rassure car je suis bien moins stressé dans des petits groupes: c’est un peu comme à l’entrainement!

Pour la première fois de l’année, c’est un critérium: circuit urbain de 1.9 km réservé aux coureurs (!) et 19 tours, soit seulement 38 km.

Je m’attendais à une course et surtout à un départ pépère, mais cela démarre en trombe, plus de 40 de moyenne sur le premier kilomètre. Un peu plus et je me faisais lâcher d’entré car je ne m’attendais pas à ça. 5 coureurs (la moitié du peloton donc!) prennent rapidement les devants, mais je ne panique pas car avec si peu de coureurs je me sens capable de manœuvrer comme je le souhaite.

Effectivement à se relayant à deux on revient vite sur eux. Dans la foulée je me place en tête pour éviter de me refaire piéger, et j’en profite pour placer une attaque. Je vais faire ensuite quelques tours en solo (et au passage choper la prime du 5e tour :D ) avant de me faire rejoindre par 4 coureurs. On finira la course ainsi à 5. Je vais souvent attaquer, profitant même régulièrement d’un virage pour relancer à vive allure.

C’est un peu la confirmation de mes progrès: je passe enfin facilement les virages en course, et ce même sur route mouillée. Je dois même parfois freiner car cela ne vire pas assez vite!

Je me retrouve une énième fois à attaquer à 3 tours de la fin, et je vais rester ainsi en tête seul jusqu’à…500 mètres de la ligne! Je ne m’attendais pas à tenir ainsi si longtemps, en général je m’écroule vite, surtout dans le final. De plus je ne roulais pas très vite. Mais contre 4 gars c’est effectivement plus facile de résister. Pendant quelques minutes je pense vraiment que je vais enfin gagner ma première course, mais derrière le futur vainqueur ramène tout le monde.

J’arrive à accrocher les roues et à finir 3e, c’est à dire mon meilleur classement en course (ex-aequo avec une course 10 ans en arrière). Et comme l’on était 10 partants, je marque quand même mes points! (ce qui n’aurais pas été le cas si on avait été 9 ou moins).

Bien content même si c’était une mini course. A l’arrivée, complètement gelé je ne sens plus mes mains!

Un coup de chapeau aux organisateurs, car avec un temps meilleur cela aurait été une excellente course, ils auraient mérités mieux pour leur première. Tous les ingrédients étaient réunis : circuit dédié à la course, primes tous les 5 tours, prix de la combativité (j’ai été désigné le plus combatif en cat 3 !), ambiance ‘critérium’ donc intéressant à suivre pour les spectateurs, etc..

Et chapeau bas aux signaleurs qui sont restés à garder les intersections sous ce temps dégueulasse.

 

On remet ça le mercredi, jour du 1er mai, pour la course de Lantenay.

Là aussi je suis peu rassuré au départ, car les sensations ont été très mauvaises lors des dernières sorties d’entraînements. Le temps n’y a pas été étranger il est vrai: toujours de la pluie et du vent au programme depuis une semaine.

Cependant Lantenay c’est l’autre course vallonnée de la saison, après Curtil. Je vais même découvrir qu’elle est encore plus vallonnée que prévue, offrant 120 mètres de dénivelée par tour de 8.8 km! Avec notamment une bosse de 1.6 à 4% plus quelques petit coups de cul.

Le temps est finalement meilleur que prévu: on va échapper à la pluie (contrairement aux autres catégories parties plus tard), mais pas au vent.

Départ donné: je prend la tête du peloton et je vais faire toute la descente devant, à la fois pour me rassurer et pour pouvoir choisir mes trajectoires sur les quelques passages dangereux (aménagements urbains, passage gravillonné  et virage à 90° tout en bas). Je vais la faire à fond et personne ne va me remonter avant le replat, 3 kilomètres plus loin.

La bosse va se monter très vite, tout le temps à plus de 24 de moyenne, ce qui correspond au niveau du groupe de tête des cyclosportives de la région. A chaque passage je vais tenter de partir ou d’écrémer le peloton en roulant à fond en tête. Je vais entendre quelques essoufflements dans mon dos, et presque des râles quand j’ai accéléré à 36 km/h sur la partie à 2% (!), mais impossible de creuser suffisamment d’écart. La plupart du temps je garde le peloton sur le porte bagages.

Les sensations sont tellement bonnes que je ne vais pas arrêter d’attaquer, que ce soit dans les bosses, les replats et même la descente (!), mais rien à faire, ce qu’il reste du peloton (15 gars sur les 32 partants) s’accroche et ne laisse pas filer. Je me sentais très fort, mais le niveau du peloton sur ce circuit difficile m’a vraiment surpris. La course d’équipe du club de Châtillon a comme souvent payée, et un de leur gars a réussi à filer et à terminer en solo.

C’est donc un peloton plutôt conséquent ( 10 à 15 coureurs) qui sprinte pour la 2e place. Je me fais rapidement enfermé par tous les ratons que l’on a pas vu de la course, et vu mes talents de sprinteur je termine plus ou moins en queue de paquet, à la 10e place. Un classement pas terrible sur un circuit qui m’était favorable, mais je suis tout de même très satisfait de ma prestation, j’ai enfin retrouvé d’excellentes sensations en course, et j’ai pu confirmer mes progrès dans les virages (il y en avait quelques uns de dangereux, notamment celui en angle droit qui arrivait après une descente à plus de 60 km/h).

Autre motif de satisfaction, la moyenne: un peu plus de 33 km/h pour 53 km et 783 mètres de dénivelé (soit un ratio de 1.48%). C’est à dire plus vallonnée que la course FFC de Pouillenay. On ne peut certes jamais vraiment comparer deux courses différentes, mais avec cette moyenne on aurait fait milieu de paquet à Pouillenay en D1/D2, c’est dire le niveau élevé pour une course Ufolep 3.

Et surtout, avec ce genre de moyenne sur ce genre de profil, cela correspond presque à la tête de course sur les cyclos de Bourgogne, c’est donc très encourageant!

En gros, c’était presque une petite répétition de la Bourguignonne, qui aura lieu quelques jours après.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *