Nouveau parcours de base

A Bruxelles, j’avais un parcours étalon d’un peu moins de 40 km, tout plat le long du Canal Bruxelles Charleroi.

Bien que souvent balayé par des vents gênants, il me servait de repère pour évaluer la baisse de mon rythme cardiaque au fur et à mesure de ma progression.

Ainsi, j’avais débuté le vélo avec des moyennes de 23 à 25 km/h pour 155 à 158 bpm, pour finir par arriver à 28,2 de moyenne à 133 bpm. Pour 140 bpm, je frôlait les 30, et pour 150 j’atteignait 30.3 à 30.5 de moyenne.

Enfin, j’ai fait une fois 31.9 de moyenne pour 155 bpm, à nuancer car le vent s’était sans doute levé favorablement sur le retour (vu le gap de perf avec les sorties à 150 bpm).

Tous ces chiffres me permettaient donc d’évaluer ma progression.

Dorénavant installé en Bourgogne, il me fallait donc ce genre de parcours. Le hic, c’est que je n’ai pas réussi à trouver de parcours plat, cela me semble impossible ici. Le parcours sera donc vallonné, et même très fortement (autour de 1% de moyenne globale).

Chez mes parents, j’avais un parcours repère, mais un peu long: 60 km pour pour 600m de D+ que j’arrivais à boucler à 30 de moyenne en endurance.

Ici, j’ai finit par me trouver un tracé de 35 km (il correspond en partie au parcours loisir/famille de la Cyclo Claudio Chappiucci), pour ‘seulement’ 290 m de D+, soit quand même un peu plus de 0.8% de moyenne.

Il n’est pas évident à négocier, car le départ est fortement vallonné (autour de 1.5% de moyenne), alors que le final est plus simple, avec pas mal de descentes.

J’ai fais pour l’instant 2 tests à basse vitesse, et un en ‘contre la montre’.

Ainsi pour 131 à 135 bpm de moyenne j’arrive à 27.6/28.2 de moyenne, ce qui est assez proche de mes anciens chiffres.

On pourrait penser que j’ai bien progressé puisque j’obtiens les même résultats sur un circuit à 0.8% de moyenne, mais à Bruxelles, j’avais quelques carrefours et traversées de ville qui venaient faire chuter la moyenne.

Aujourd’hui j’ai tenté un contre la montre – sans échauffement…-, et j’en ai bien bavé sur ce circuit casse pattes. J’obtiens au final 32.75 km/h pour … 167 bpm, arg!

La ça me semble carrément au dessus de mes chiffres bruxellois, mais il y avait pas mal de vent (par moment j’étais à 27/30 km/h quasi au seuil).

Au final assez déçu de cette moyenne, c’est une vitesse à laquelle pas mal de cyclos arrivent à rouler en endurance, et sur de bien plus grandes distances.

En même temps, dans les roues ça doit faire au moins 36 de moyenne, soit la moyenne de tête des cyclosportives de la région (mais qui sont plus vallonnées).

Strava m’indique seulement 187 W de moyenne, ce qui est complètement merdique sur une heure.

Depuis quelques temps en allant un peu fouiller sur strava et sur les classements de grimpée CLM,  je me rend compte que je suis à des années lumières d’un simple niveau de cyclosportif (top 20/top 30 du trophée de Bourgogne par exemple).

Je me suis vu un peu trop ‘fort’ après les sorties rapides en Belgique où on taquinait les 37 à 38 de moyenne, et après la cyclo où j’ai fait un top 10, mais il me reste encore énormément de boulot pour arriver à un niveau qui tient la route. Tellement d’ailleurs que je me demande si je n’ai pas finalement déjà atteint mes limites, tant le gap de puissance qui me sépare d’un bon niveau cyclo est énorme (par exemple 3oo watts pour moi c’est quasi du sprint – enfin d’après strava…  il me tarde d’acheter un capteur de puissance- alors que pas mal de coureurs amateurs de niveau relativement modeste arrivent à maintenir cette puissance sur 30 minutes voire une heure ) …

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *