Bilan Janvier, plutôt positif

Au départ je visais 1200 bornes pour Janvier, mais le temps pourri (pluie, neige, verglas…) en a décidé autrement. Malgré tout, grâce au home trainer, j’ai réussi à maintenir un bon niveau d’entrainement pour cette période de l’année, avec 984 km. En voici les détails, ainsi que mes analyses.

Toutefois avant de faire le bilan du mois, un petit retour sur la première partie de cette semaine.

Lundi, lendemain d’une sortie club comme toujours relativement éprouvante, je décide d’aller tourner les jambes sur ma boucle de 35km. Sortie calibré à 135 bpm, résultat 25.6 de moyenne (contre 24.8 la semaine précédente et 28.2 en pleine saison). Encourageant.

Mardi, séance de 30/30 sur home trainer. A l’issu de celle ci, je trouve qu’elle fut trop facile aussi je décide de me faire dans la foulée un nouveau test PMA, le dernier datant du 7/01. Cette fois ci je passe complètement le palier des 360 watts (vs 345, soit encore 15 watts de gagné), mais à l’agonie et tout au courage. Incapable ensuite de monter ne serait-ce qu’une seconde à 390 watts. Cela donne 291 watts réel, et j’égalise mon record de fin septembre.

Toutefois ici le test est bien plus costaud qu’en septembre. Le protocole d’alors était de  20 watts/minutes, une blague car il est possible dans ces conditions de passer les paliers très rapidement au courage.

L’interrogation maintenant est de savoir s’il m’est possible de passer le seuil des 300 watts. Le bouquin du Dr Mallet indique 310 watts de PMA moyenne en 3e catégorie Ufolep, donc je suppose que j’ai au moins ce potentiel là dans les pattes, vu que je me ‘promenais’ à l’époque en 3e caté (et pas seulement en bosse).

Mon poids en baisse (proche des 61 kg ) me donne par contre une VO2max d’environ 57, qui s’inscrit dans la moyenne des VO2max des 3e caté (57.8 d’après Mallet). Le retour à mon poids de forme (57kg, que j’espère atteindre en cours de saison) devrait faire grimper mathématiquement ma VO2 à 61, c’est à dire au niveau des 1ere catés Ufolep.

Mercredi, grosse séance de home trainer, 1h25. Au programme, du travail en I4 et I3, ainsi qu’une thématique force, la première sur de telles durées (séquences de 5 minutes, de 55 à 40 tpm). Bien épuisant au final.

Jeudi, je ne ressent que peu de fatigue, et la hausse de températures autorise à faire une bonne séance route, même si le temps n’est pas aussi clément que prévu (une peu de bruine avant le départ, et temps couvert avec pas mal de vent). Je décide de me faire un ‘gros’ morceau, en l’occurrence le parcours de la Chiappucci 80 km. Une bonne partie en sera parcourue avec le vent favorable, ce qui sur le vélo donne des sensations de folies et une grosse impression de puissance. Merci le vent, mais pas seulement, puisque je boucle le parcours à 27.6 de moyenne pour 150 bpm, ce qui est une grosse perf à ce moment de l’année (D+ 922m).

Surtout que 77 km et près de 3 heures en solo, c’est une sortie longue pour moi. Strava m’indique 146 watts, et Training Load un CTL de 80,  ce sont mes meilleurs scores depuis la fin octobre, encourageant!

Je taquine mes KOM Strava sur le parcours, et j’en ai même battu un (mais avec vent plein dos ^^).

Alors, ce bilan??

  • 984 km au total
  • dont 675 sur route (24h, 27.7 de moyenne et 147 bpm moyen)
  • dont 309 sur Home trainer (11h, 27.4 de moyenne et 144 bpm moyen)
  • hausse de +18 CTL (passage de 62 à 80)
  • je pense avoir gagné à peu prés 1km/h en vitesse moyenne (difficile toutefois d’estimer vu le peu de sortie routes). En termes de watts, cela fait un gain d’environ 20 watts pour un rythme cardiaque donné, d’après les puissances calculées par Strava
  • premières sorties club un peu sportives (avec prise de relais et quelques pancartes / mini GPM).

 

J’approche tout doucement de mon maximum historique de 88 CTL. De ce que j’ai pu constater sur le terrain et dans les chiffres, la valeur du CTL semble assez bien refléter la réalité du niveau. Par contre, il semble y avoir un monde d’écart entre 88 et 80, comme si la courbe était non linéaire.

Je suis vraiment curieux de voir où cette saison va me mener, car je vais rapidement battre mon CTL de 88. A partir de là, est-ce que je vais atteindre mon meilleur niveau depuis ma reprise du vélo?

Dommage que je connaissais pas Training Load l’an dernier, car je constate avec le recul que je m’étais très mal entraîné, la faute à pas mal de sorties ‘au train’, avec des charges quasi nulles et de longues périodes de stagnation du niveau. Cela va être intéressant de voir jusqu’où je peux faire grimper mon CTL.

J’envisage avant le début des courses (d’ici un mois) d’aller faire du rythme sur les circuits parisiens (Longchamp ou Vincennes). Et oui, pendant que certains descendent prendre le soleil dans le sud, je meure d’envie de retourner sur ces circuits sur lesquels j’ai tant usé mes pneus il y a une dizaine d’années ( surtout  Vincennes). Cela me permettrais de subir quelques electrochocs de rappel avant les courses, et ainsi mieux situer mon niveau. Si je suis capable par exemple de boucler 60 bornes à 35/36 de moyenne sans trop souffrir, je pourrais aborder les courses assez sereinement. Dans le cas contraire, ce ne serait même pas la peine de tenter d’épingler un dossard.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *